Possession, d’Andrzej Zulawski (1981)

Publié le par christophe Deschamps

vlcsnap-25063.png

Le fascisme et le diable



   Du latin possessio, le titre, indivisible, trace une pluralité de sens et de pistes. Mot lourd à digérer donc, grassement imprimé au générique, en lettres blanches et épaisses. La possession définit d’abord la nature exclusive du couple – Marc (Sam Neil), mari possessif  – érigeant ainsi dans les premières minutes le désordre domestique avec l’apparition de l’amant, Heinrich (Heinz Bennent). Possession diabolique évidemment. Et puis Possession est un autre « film fou », chef d’œuvre insolite, qui ramène ontologiquement le vocable initial à une horreur démiurgique. La mise en scène, littéralement possédée, hystérise lé moindre de ses paramètres (cadrage, mouvements de caméra, montage, sans parler du jeu extrême des acteurs et du scénario). L’affaire théologique  tisse des lignes de fuite complexes  puisque la figure du Malin articule quelques desseins idéologiques.

Zulawski place singulièrement l’horreur de son film à l’aune d’une métaphore monumentale   et murale donc.  La ville berlinoise et son mur monstrueux territorialise le Mal. La figure du diable serait alors le Communisme, ou tout du moins une certaine idée du fascisme, travaillé comme un « réservoir infini de monstres » (voir à ce sujet l’excellent article de Jean-Baptiste Thoret1).  La question du Diable, absolument confuse, tire sans cesse vers la parabole politique. Il faut revoir les plans inauguraux de Possession et leur terrifiante composition. Deux plans fixes exhibent dans une ligne de fuite saisissante le mur de Berlin et un alignement d’étranges poteaux figurant des ‘y’ torturés (voir les images ci-dessous). Doublement symbolique, cette lettre évoque autant la représentation satanique (les cornes du Diable, la langue bifide du serpent2) que l’oppression militariste (le ‘y’ était la lettre utilisée par l’armée fédérale allemande).

 


vlcsnap-51833.png

vlcsnap-52401.png

Un autre plan fixe cadre une croix christique. Puis, un traveling latéral longe le mur berlinois et, tandis que le titre Possession s’inscrit en grandes lettres, une autre croix s’immisce au centre de l’écran, dans l’embrasure du mur (voir les images ci-dessous). Zulawski travaille l’iconographie chrétienne qui rôde aux abords du mur monumental, suggérant les liens étroits existant entre  « les vieux démons » et le système totalitaire. Au milieu du film, Anna se masturbe dans une église, devant une statue christique, dans la confusion d’une jouissance et d’un calvaire. Dans une autre scène, Anna singe le Christ, pendant qu’elle s’accouple avec le monstre placentaire, les bras en croix (voir l’image ci-dessous).


vlcsnap-52958.png

vlcsnap-59893.png

vlcsnap-20833.png

Zulawski travaille la question de la possession  sous l’angle du double. La possession étant par définition un avatar de la schizophrénie, un clivage sans la névrose (une cohabitation importune dans un corps-gîte). Il faut voir avec quelle rigueur, Possession organise un dispositif formel autour du chiffre 2 ; les scènes, et plus spécifiquement les cadrages, aménagent un rapport exclusif autour de deux personnages (Marc et Anna, Marc et Bob, Marc et Heinrich…). Dans une scène au début du film, Anna et Marc se retrouvent dans un restaurant, attablés symétriquement dans l’angle d’une banquette (voir l’image ci-dessous). Cette scène opère l’horreur du double, la monstruosité conjugale si chère à Zulawski, son dédoublement (avec ses variations : Anna/Heinrich et Marc/Helen). Dans la séquence suivante, deux plans se répètent (mêmes cadrages, mêmes gestes) lorsque Marc déshabille Bob puis Anna quelques minutes plus tard (voir les images ci-dessous). Le motif du double trace des connexions éparses tout au long du film, à l’image de cette bouche sanguinolente qui défigure les visages encore humains d’Anna et de Marc à une heure d’intervalle (voir les images ci-dessous).

vlcsnap-71679.png

vlcsnap-73574
vlcsnap-73915
Les travelings circulaires du début, comme les escaliers spiraliques de la séquence finale, pourraient dessiner les cercles dantesques chers à l’iconographie infernale. On tourne en rond avec la caméra frénétique de Zulawski, poursuivi par une mystérieuse milice. Anna et son double maléfique Helen, l’ange et son démon, (blanc virginal  vs robe ténébreuse, douceur vs hystérie) invitent pourtant à dépasser la simple équation biblique.  Jean-Baptiste Thoret suggère efficacement un programme de substitution, de formatage. « Naturellement, le film fait émerger la figure du double, ou plutôt du négatif, puisque dans ce monde clivé, tout fonctionne par paire, par antithèses, à commencer par les deux personnages du film, Marc et Anna, qui, au fil du récit, voient émerger leurs doubles dociles et effrayants, Marc 2 et Anna 2, incarnations tétanisantes d’une idéal totalitaire qui fait violemment retour : tout d’abord sous la forme d’une institutrice aimante et maternelle (Isabelle Adjani encore, mais flanquée de pupilles vertes), version idéale de ce que Anna n’est plus. L’ Ordre versus la Pulsion. Ensuite, sous les traits de Marc, yeux verts encore, stade terminal de cette flaque immonde apparue plus tôt : l’homme tout court versus le Sur-Homme »1.

vlcsnap-5079.png
vlcsnap-22819.png

Pourquoi ne pas conclure sur une image terrible comme il y en a tant dans Possession. Filmée en contre-plongée, Anna utilise un hachoir, duquel s’échappe des fils de viande, préfigurant la monstruosité de la chair, la liquéfaction du corps humain (le double de Marc sera enfanté au terme d’une flaque verdâtre). Quelques minutes plus tard, dans la même séquence, on retrouve Marc dans la cuisine, attablé à un bureau d’écolier. Ultime régression avant la disparition.

 

 1  Le communisme est un monstre visqueux, Jean-Baptiste Thoret.

http://jbthoret.blogs.nouvelobs.com/tag/zulawski

 

2  Les yeux verts des doubles évoquent de toute évidence la couleur maléfique du serpent. Dans la scène finale, le double de Marc s’agite étrangement contre une vitre, animé de mouvements reptiliens.

 

vlcsnap-7410.png

 

vlcsnap-9462.png

 

 

Commenter cet article

stef 04/10/2013 11:55


Film de "fous","post-punk" et "new-wave",Possession nous entraîne dans les méandres obsessionels d'un réalisateur ayant peur.Peur que la vie ne soit qu'un "mirage",un"précipice" vers des contrées
encore plus horribles,ensanglantées,larvées de toutes bienfaisances;l'on traverse ce long métrage comme un passage en enfer,en espérant la rédemption au bout du voyage douloureux.Il se dégage
évidemment une métaphysique puissante de tout cet hamas d'intégrisme péssimiste,les protagonistes se déchirant du mieux possible pour accéder à la rédemption.Mais il y a la paix de la "fin",la
délivrance de vies "embryonnaires" qui s'épuisent dans un quotidien dominé par l'"intrusion",la pensée "unique" et le dégoût des "masses" joyeuses.Les rues sont vides,"carcérales et " gris
métallique" dans ce berlin d'après guerre dominé par pr une puissance politique sourde et aveugle.Il y a du Georges Orwel dans ce film,du sang sur des visages adultes dissimulant des enfants qui
ne demandent qu'à grandir...Il n'y a plus d'espoir,de l'"espoir" même dans le désir de contrarier un réalisme "brut",cruel et supra-violent comme un placenta de béton! Les êtres s'abiment et nous
avec,ayant peur de devenir fous et "opaques",qu'on ne voient plus leur innoncence perdue en eux mais qui espère enore et toujours en un appel au secours,un cri déchirant vers Dieu, vers l'autre
qui crie aussi,appelle,espère,"détruit",se détruit pour mieux "renaître"...Possession est un très beau film dans le "fond",dur et violent comme une rixe punkoïde à l'écume new-wave,nostalgique
d'un paradis pour tous irrémédiablement perdu,mais peut-être au coin de la rue,pour qui se donne la peine d'arpenter et la mémoire de jours heureux et son moi "parcellaire"...A voir avec
modération tant la forme et "destabilisante",entrainante vers l'irrémédiable "désir de vivre",coûte que coûte!

Philippe 20/12/2012 12:35


Bonjour,


Je regrette d'intervenir de manière négative sur votre analyse, mais ce n'est que mon opinion. Il est courageux d'interpréter Possesion, un chez d'oeuvre difficile. J'ai moi-même mon analyse. Il
y a forcément une part de flou, mais il y a forcément aussi une trame sur laquelle chacun peut s'accorder.


J'apprécie la recherche des symboles, mais il me semble que Zulawski va bien plus loin que la simple création d'une atmosphère manichéenne. Il y a un scénario, une histoire bien précise, dont je
ne trouve trace dans aucune critique que j'ai pu consulter.


A mon sens, le film raconte la séparation de Mark avec sa femme, et sa souffrance intérieure à travers sa jalousie et la fin d'un amour fusionnel.


Je ne vois pas de lien avec le communisme, encore moins le fascisme, Berlin siège comme symbole de la séparation.


Enfin, il me semble que les néologismes sont à réserver aux grands de la langue française.


Respectueusement,


Philippe