Mardi 1 juin 2 01 /06 /Juin 18:20

vlcsnap-2010-05-31-19h36m29s206.png  La poule et son chapon

    

      Premier film du cinéma parlant allemand, déjà ce n'est pas rien. Tout concourt à faire de l'Ange bleu une légende. C'est évidemment la fameuse révélation internationale de la jeune et sensuelle Marlène Dietrich. « Marlène » pour les souvenirs intimes – chanson de Noir Désir. L'ange Bleu c'est avant tout une superproduction dirigée par Erich Pommer qui fait venir des Etats-Unis le réalisateur autrichien Josef Von Sternberg et le grand comédien Emil Jannings. Décidément, la déchéance colle à la peau de l’acteur, rejouant inlassablement la pantomime inoubliable du Dernier des hommes. Nommé malgré lui « Artiste d’Etat » par Goebbels, l’acteur deviendra un des acteurs officiels du Troisième Reich.

L’homme déchu en question est le professeur Rath qui enseigne l’anglais au lycée – l’ironie du sort voulut qu’il quitte Hollywood, à l’aube du parlant, pour cause d’une pratique laborieuse de la langue. Ses élèves le surnomment moqueusement « Unrat », le déchet. Le vieil homme traîne son corps massif dans les ruelles étroites de la ville, se tord dans les décors. Au milieu du film, un traveling arrière dans la salle de classe, terriblement vide, annoncera le début de la descente. Le film s’achèvera sur la reproduction de ce plan, filmant le personnage, écroulé sur son bureau, dans un lycée dépeuplé. Dans les loges du cabaret, le clown blanc figure déjà un double du professeur. On le verra d’ailleurs empoudrer, comme un terrible augure, par le souffle de Lola-Lola (voir l’image ci-dessous).

 

vlcsnap-2010-05-31-17h33m55s116.png

vlcsnap-2010-05-31-18h02m48s57.png


L’homme jouait pourtant les clowns avant l’heure. Dans sa classe, il range son mouchoir dans la poche arrière de son pantalon comme s’il se torchait bouffonnement les fesses.  Même effet lorsqu’il sort de cette même poche son alliance, un peu comme un œuf qu’il aurait pondu (Lola-Lola s’esclaffe justement aux éclats devant le numéro du « clown »). Le destin se referme sur le professeur lorsqu’en entrant dans le cabaret, il s’empale symboliquement dans des filets de pêche (voir l’image ci-dessous). L’ange est bleu comme un poisson. L’univers marin du cabaret construit habilement la figure de la sirène. Comme dans la mythologie homérique, le chant des sirènes attirent les navigateurs – le capitaine d’un bateau viendra justement courtiser Lola-Lola dans sa loge – dans leurs pièges meurtriers. Le professeur Rath se tient au balcon, regardant Lola-Lola jouer sur scène, accoudé à la rambarde en bois et la tête au-dessus d’une imposante statue de sirène (voir l’image ci-dessous). Le vieux professeur, dressé comme une figure de proue, succombe irréparablement à la séductrice des mers.


vlcsnap-2010-05-31-17h29m33s90.png

vlcsnap-2010-06-01-11h11m43s120.png

vlcsnap-2010-05-31-19h33m55s212.png

 

Le cri aliéné du « cocorico » du professeur, paralysé dans son costume de clown, des œufs écrabouillés sur le crâne, parachève une métaphore consommée depuis le début. Tout s’accorde à faire du cabaret un poulailler bruyant. La robe retroussée de Lola-Lola fait, tout comme le rideau de plume qui camoufle le haut de ses cuisses sur les photos, de son postérieur un cul de poule. Un plan assure l’analogie lorsque, dans son numéro, elle chante aux côtés d’une mouette suspendue (voir l’image ci-dessous). Dans la basse-cour, on retrouve à leur place les oies engraissées dans la peau des danseuses grassouillettes qui accompagnent Lola-Lola sur scène. Le film s’ouvre sur les toits enfumés des chaumières et avec les gloussements de quelques volatiles. Le plan suivant en donnera la raison puisqu’on y voit une ménagère entasser des oies dans une cage. Dans le troisième plan, un rideau de fer est tiré et une affiche de Lola- Lola apparaît derrière une vitrine. La reine de la basse-cour vient d’être présentée.

vlcsnap-2010-05-31-18h18m22s186.png

vlcsnap-2010-05-31-18h41m23s161.png

 

 Dans sa cage, l'oisillon est mort. « De toute façon, il ne chantait plus », dit rudement la domestique du professeur Rath. Il faudra attendre l'apparition de Lola-Lola pour satisfaire de plus belle l'oreille du vieil homme. Dans la loge de Lola-Lola, le professeur se réveille gaiement sous les chants d'un couple d'oisillons. D'autres œufs sortiront de son nez au mariage. Habillé d'une collerette blanche et la gueule grande ouverte, le professeur déchu ressemble dans la dernière séquence à un poussin qui piaille tandis qu'en coulisses, un coq fanfaron s'amuse à courtiser la jolie poule. Ne reste plus qu’à notre professeur déchu de s’égosiller comme un malheureux chapon.


vlcsnap-2010-05-31-17h01m39s234.png

 

Par christophe Deschamps
Ecrire un commentaire - Voir les 0 commentaires
Retour à l'accueil

Présentation

Créer un Blog

Recherche

Calendrier

Novembre 2014
L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30
             
<< < > >>
Créer un blog gratuit sur over-blog.com - Contact - C.G.U. - Rémunération en droits d'auteur - Signaler un abus - Articles les plus commentés